Derrière nos portes, il y a des histoires tristes, des histoires révoltantes, des histoires émouvantes, des histoires d’amour et il y a la vie secrète de Charlie…

 

Il existe des personnes atteintes de ce que l’on appelle le syndrome de Noé, des gens qui ont un besoin compulsif de « sauver », d’adopter, d’accumuler plus d’animaux qu’ils ne peuvent héberger et nourrir au détriment même de leur santé.

Ces personnes vivent souvent dans la précarité et sont dans l’incapacité de discerner ce qui est bon ou mauvais pour les animaux et infligent inconsciemment de la maltraitance par négligence, isolement, dans un cadre insalubre.

 

C’est dans ce contexte que nous avions recueilli, il y a 5 ans, des chiens vivant depuis des années sur un terrain vague, dans des conditions de vie catastrophiques, les portées qui s’enchaînaient, les bagarres, entre détritus et déjections, dormant à même le sol ou dans des abris de fortunes, livrés à eux-mêmes, des conditions de vie déplorables qui avaient fait d’eux des chiens traumatisés par une vie régie par la loi du plus fort. Des chiens terrifiés à l’approche de l’Homme car pour certains, les trop rares contacts humains durant des années leur étaient devenus étrangers ou pour d’autres, nés sur place, leur étaient inconnus. Charlie est l’un d’entre eux…

 

Le regard fuyant, recroquevillés dans leur niche, le corps tremblant de peur face à tous ces bruits et éléments qui font notre quotidien, du bruit de porte à celui d’un moteur, d’une voix trop forte à la sonnerie d’un téléphone ou encore la simple main tendue, subissant les caresses comme un supplice, incapables d’y trouver le réconfort ou une marque d’affection…tout leur était étranger et les terrorisait.

 

Face à tant de détresse et d’innocence, comment pouvions nous envisager un seul instant les exposer au monde extérieur au risque de les traumatiser plus encore ? Nous avons choisi de les laisser libre d’évoluer à leur rythme et non au nôtre, nous avons choisi de les protéger sans les contraindre, nous avons choisi de les aimer, simplement, sans rien attendre en retour.

 

Les mois se sont écoulés et Charlie fût le premier à nous témoigner de l’intérêt, passant le museau hors de sa niche et nous observant de loin. Un lien ténu et fragile mais qui nous laissait espérer que peut être tout n’était pas perdu…

 

Un long chemin commençait pour réapprendre à vivre, un long chemin pour apprivoiser, un long chemin pour nous aimer. Les mois sont devenus années, les tentatives de fuite désespérées à notre approche ont doucement muées en 3 pas en arrière puis lentement en 3 pas en avant, les timides tentatives de jeux sont devenus des invitations plus enjouées, les caresses ont fini par être tolérées et semblaient petit à petit l’apaiser et ne plus l’apeurer. 3 ans et demi d’un itinéraire fragile semé de doutes jusqu’au jour où, timidement, sans oser vraiment nous regarder, Charlie a posé sa patte sur notre bras, un geste anodin pour beaucoup mais un si précieux cadeau pour nous. Ce geste commun à tant de chien pour réclamer une autre caresse mais qui, venant de Charlie, représentait tellement plus : un témoignage d’affection, une preuve de bien-être, la perspective d’un avenir plus serein.

Charlie nous réservait cependant son exclusivité, ses jeux, ses pitreries, son affection… Les étrangers, les changements d’environnement ou de situation continuaient à le paralyser d’effroi. Du temps encore, de la douceur toujours, pour l’aider dans ses découvertes et nous permettre de tenter l’aventure au-delà des portes du refuge.

 

Il y a donc un an, après tant d’années, Charlie faisait sa première sortie, un autre monde s’ouvrait enfin à lui, il lui restait encore à en apprendre les codes et les sons pour y évoluer sans crainte.

Tout au long de cette année, Charlie n’a cessé de progresser et de nous étonner, plus confiant de mois en mois, les balades autour du refuge se sont étendues aux champs, puis en forêt et en voiture, même la visite chez le vétérinaire était désormais sereine. A chaque sortie, Charlie gagnait en assurance et prenait même désormais grand soin de redresser fièrement la tête et de relever sa queue en panache et nous le soupçonnions même d’être un brin hautain et d’abuser volontairement du déhanchement en passant devant les box de ses anciens compagnons d’infortune…

Une vie paisible parmi nous, en pays connu, la sécurité des repères et des rituels.

 

Par peur de briser sa sérénité si difficilement acquise, nous ne cherchions pas outre mesure à lui trouver une famille mais c’était sans compter sur le destin…. Et pour Charlie le destin c’était un couple, un couple dont l’unique but était d’offrir une chance à un « cas désespéré » quelles qu’en soient les sacrifices, offrir une chance à Charlie. Le temps et la patience étaient promis et l’amour offert sans aucun compromis.

 

Partagées entre joie et anxiété, et peut être un peu trop protectrices, nous appréhendions de le laisser partir loin de nous avec cette peur que l’inconnu ne soit pour lui une trop grande souffrance, une trop lourde épreuve mais nous étions bien loin de nous douter de ce que nous réservait Charlie….

 

La rencontre est saisissante tant elle est loin de ses habitudes, Charlie si méfiant et craintif s’approche détendu et serein, acceptant volontiers la caresse de ces visiteurs parfaitement inconnus, donnant l’impression de les connaitre. Stupéfaites et ravies mais un peu septiques face à ce revirement de comportement peut être influencé par notre présence rassurante, nous décidons d’accompagner Charlie dans sa nouvelle demeure avec la notion qu’au moindre signe de panique il reviendrait parmi nous.

 

Mais là encore, alors que nous attendions un Charlie apeuré et désorienté, sa tata assiste, médusée, à un spectacle inattendu, un véritable miracle, voilà notre Charlie déambulant fièrement de pièce en pièce la tête haute, reniflant, visitant chaque recoin, s’assurant cependant de sa présence à chaque passage mais sans aucun signe évocateur de stress. Un comportement si saisissant qu’il en devenait irréel. Son inspection des lieux terminée Charlie est revenu auprès de sa tata …Il s’est assis face à elle, lui a lancé un dernier regard, a relevé sa patte avant, ce geste que nous connaissions par cœur, puis s’en est retourné à son exploration laissant derrière lui une impression d’au revoir, la sensation qu’il venait de transmettre un dernier message… « Je t’en prie ne crains plus rien, tu m’as mené au bout du chemin, pars tranquille ma famille est là ».

 

Charlie a connu des conditions de vie innommables, nous l’avons récupéré dans un état de terreur tel que nous ne pouvions l’approcher. Parti des tréfonds, marche après marche, année après année, il a su remonter à la surface pour y trouver sa famille, une famille formidable qui était prête à toutes les concessions pour lui mais qui a eu la surprise, tout comme nous, de découvrir un compagnon parfait : propre, joueur, tendre et doux, aimant ses amis chats et jouant avec ses copines chiennes qui viennent lui rendre visite à l’occasion. Une vie rêvée ponctuée de ballades et de tendres moments complices avec sa famille.

 

Le mystère de son adaptation si paisible reste entier, Charlie en gardera le secret, mais nous aimons à croire que le destin était écrit….

 

Charlie notre rôle à tes côtés est terminé mais nous savons que ta famille prendra notre relai avec autant d’amour et de patience que nous l’avons fait et nous l’en remercions. Tu as emporté avec toi un bout de notre cœur et tu laisses un grand vide mais promets-nous de très vite nous oublier, d’oublier ton passé, pour vivre pleinement ce bonheur tant méritée et à ta mesure.

Deux de tes compagnons gravissent toujours les marches, à leur rythme, mais un jour…peut-être….